Les 4 bonnes pratiques pour prouver l’efficacité de votre démarche d’energy management

Les 4 bonnes pratiques pour prouver l’efficacité de votre démarche d’energy management

Afin de réduire leur consommation énergétique, de plus en plus d’entreprises mettent en place une démarche d’energy management. Mais comment vérifier l’impact de vos actions sur votre performance énergétique ? Et comment prouver l’efficacité de votre stratégie d’energy management ? Le blog de Deepki vous livre ses 4 bonnes pratiques.

Avant toute chose, il est nécessaire de faire un état des lieux de votre parc immobilier afin d’obtenir une vision claire et pouvoir répondre aux questions suivantes : Combien de bâtiments ai-je dans mon parc ? Quelle est ma consommation totale ? Quelle est la consommation de chacun de mes bâtiments ? Pour cela, vous pouvez utiliser les données que vous possédez déjà. Et elles sont nombreuses !

Mais de quelles données parlons-nous exactement ? Les données nécessaires sont tout d’abord les données patrimoniales de votre bâtiment (superficie, adresse, usage, etc.), mais aussi les données d’activité (horaires d’ouverture des sites, nombre d’employés, etc.), les données de consommation (électricité, eau, gaz, etc.) ainsi que des données ouvertes (météo, cadastres, etc.). La bonne nouvelle ? Il est possible d’automatiser la plupart de ces flux de données pour les centraliser au sein d’une solution unique.

À lire également : [Vidéo] Collecte automatique de vos données immobilières : quels usages ?

Une fois toutes ces données collectées, il devient possible de les croiser et les analyser afin de déterminer les actions à mener pour faire baisser la consommation énergétique. Ces actions pourront être priorisées en fonction du retour sur investissement et de la facilité de mise en oeuvre.

Une fois ce plan d’action établi et mis en place, il ne reste plus qu’à suivre son bon avancement ainsi que son efficacité. Mais ce n’est pas une mince affaire ! Voici 4 bonnes pratiques pour faire de votre démarche d’energy management un succès.

Bonne pratique #1 : Suivre l’état d’avancement des actions préconisées

La première étape pour prouver l’efficacité de votre démarche d’energy management consiste à suivre l’état d’avancement des actions à mettre en place. Pour gérer votre parc immobilier, il est essentiel de savoir où en sont vos collaborateurs concernant les actions à mener dans chacun de vos différents bâtiments.

Pour cela n’hésitez pas à mettre en place un tableau de bord collaboratif dans lequel chaque partie prenante pourra indiquer où elle en est, ce qui lui reste à faire et les difficultés rencontrées.

À lire également : 4 étapes clés pour accélérer la transition énergétique du secteur du retail grâce à la data

Bonne pratique #2 : Définir et suivre les indicateurs de performance

Savoir où en sont vos collaborateurs ne suffit pas. Il est également impératif de définir et suivre des indicateurs de performance. Pour cela, vous devez tout d’abord vous demander sur quels indicateurs vos actions vont avoir un impact et quelles sont les objectifs que vous souhaitez atteindre.

Par exemple, si votre objectif est de réduire votre consommation énergétique et que vous vous lancez dans une campagne de relamping (changement des ampoules), il est impératif de mesurer l’impact de cette campagne et de s’assurer que la consommation énergétique a bel et bien baissé. Ainsi, commencez par définir comment mesurer la performance des actions mises en place puis suivez de près les indicateurs définis au préalable.

À lire également : Retour d’expérience sur un algorithme qui lutte contre le gaspillage énergétique dans le Retail

Bonne pratique #3 : Mesurer les économies d’énergie réalisées

Grâce à l’étape précédente vous pouvez mesurer les économies d’énergie réalisées. Cependant, ce n’est pas si simple. En effet, une économie d’énergie est compliquée à observer puisqu’il s’agit, par définition, d’une non-consommation.

Bien évidemment il est possible de comparer les consommations énergétiques avant et après l’action mise en place, mais encore faut-il penser à prendre en compte tous les autres facteurs ayant pu impacter la consommation : la météo, le nombre d’occupants du bâtiment, le changement du volume d’activité, etc. Il est donc essentiel de comparer les consommations énergétiques avant et après action corrective, toutes choses étant égales par ailleurs.

À lire également : Comment bien mesurer une économie d’énergie ?

Bonne pratique #4 : Communiquer auprès des parties prenantes

Enfin, communiquez en amont auprès de vos différentes parties prenantes les actions que vous souhaitez entreprendre afin de les inclure au maximum dans votre démarche. Puis, au fur et à mesure de l’avancée du projet, communiquez sur les progrès que vous avez fait. Pour cela n’hésitez pas à utiliser les chiffres que vous avez obtenus lors de l’étape précédente.

Cette communication vous permettra également d’instaurer un cercle vertueux. Par exemple, après une campagne de sensibilisation des employés, montrez-leur l’impact des éco-gestes sur la consommation. Cette étape est d’autant plus importante si votre entreprise a des franchisés, car en donnant l’exemple, vous les encouragerez à vous suivre dans votre démarche d’energy management.

À lire également : Enseigne – affiliés : comment embarquer ses franchisés dans sa politique environnementale

Découvrez le retour d’expérience vidéo d’Advitam sur la réduction de son empreinte environnementale :

Améliorer l’empreinte environnementale de son entreprise a de nombreux avantages : meilleure image, attractivité auprès des différentes parties prenantes, économies d’énergie, économies monétaires, etc. Se lancer dans une démarche d’energy management est donc toujours avantageux ! Si vous souhaitez en savoir plus, téléchargez le support de notre webinaire “Réduire efficacement votre budget énergie grâce à vos données” et devenez incollable sur le sujet !